Histoire de l'Abbaye

Abbaye Saint-Benoît de Fleury

Fondée vers 630, l’Abbaye de Fleury est héritière d’une longue histoire riche de tradition. La basilique des XI-XIIe siècles, un des plus beaux monuments de l’art roman, témoigne aujourd’hui encore de la grande époque de son rayonnement spirituel, intellectuel et artistique. Elle se présente comme un immense reliquaire pour le corps de Saint Benoît, transféré du Mont-Cassin vers 670.

Interrompue à la Révolution française, la vie monastique y a été restaurée en 1944 par les moines de la Pierre-qui-Vire (Morvan). Une communauté de 36 moines mène aujourd’hui dans le monastère reconstruit une vie de prière et de travail, de solitude et de silence, tout en recevant les nombreux hôtes.

Retraitants, pèlerins et visiteurs viennent s’y recueillir et se joignent à sa prière de louange et d’intercession en participant à la liturgie. Elle subvient à ses besoins par divers travaux d’artisanat (confiserie, peinture sur porcelaine) ou de culture (verger, apiculture) ainsi que par un magasin d’art religieux, de produits fabriqués par divers monastères et une librairie.

A la découverte de l'Abbaye

Pierre de Laborde nous emmène à la découverte
de Saint-Benoît sur Loire appelée Abbaye de Fleury.
Une vidéo de KTO

Les moines ?

Ce sont des disciples de Saint Benoît, un chercheur passionné de Dieu, dans la vie érémitique d’abord, puis fondateur des monastères de Subiaco et du Mont-Cassin, au milieu du VIe siècle. C’est sa Règle qui inspire encore la vie des moines d’aujourd’hui.

Des hommes animés du désir d’une plénitude de vie, dont ils trouvent la source en Dieu, par le chemin de l’Evangile, dont la Règle ne veut être qu’un commentaire. Ainsi leur est ouverte une voie de liberté au plus intime de l’être par l’obéissance, la pauvreté et le célibat. Le moine s’y engage dans une communauté fraternelle particulière, à laquelle il se donne pour la vie dans la stabilité. C’est dans le même esprit que le supérieur, l’abbé, témoin de l’appel du Christ pour la communauté, et pour chacun des frères, exerce son service sans limite de temps.

Pour parcourir cette route, le moine dispose, en communauté, de plusieurs moyens, dont la mise en œuvre simultanée est spécifique de la vie monastique :

  • La prière, vécue d’abord dans la célébration du sacrifice eucharistique et de la liturgie des heures, qui rassemble la communauté plusieurs fois chaque jour à l’église. Par cette célébration chacun est convié à l’oraison silencieuse et continuelle, au cœur de la vie. Cette présence à Dieu se nourrit de la pratique assidue de la lectio divina (lecture cordiale de la Parole de Dieu) et conduit à rechercher avec persévérance le silence intérieur et extérieur. C’est dans ce but que le moine garde une certaine distance vis-à-vis du monde extérieur, dans la clôture du monastère.
  • Le travail, sous ses différentes formes, agricole, semi-industrielle, artisanale, intellectuelle, pour gagner la vie de la communauté, et partager avec d’autres, plus démunis, proches ou lointains.
  •  La vie fraternelle, en communauté où tous les âges et conditions sont réunis dans le service mutuel s’exerce d’abord dans les domaines les plus quotidiens. Cette vie fraternelle s’exprime aussi au dehors dans un accueil, très large et varié, pauvres, pèlerins, retraitants, chercheurs de sens, etc.
  • Enfin la vie monastique s’ouvre sur la mission, à travers les fondations dans les pays en voie de développement, ceci par l’aide apportée à ces jeunes maisons, aussi longtemps qu’il est nécessaire, et sous toutes les formes qu’elles peuvent demander.

Vie de la communauté

Propositions de la vie consacrée dans le Loiret

Et aussi sur ce site

communautés religieuses,vie consacrée
612
Communautés religieuses
vie religieuse, communaute religieuse, vie consacree, consacre a dieu, vie apostolique, vie contemplative, couvent, monastere, prier, office liturgique, loiret, diocese, orleans, catholique, eglise, foi, dieu, jesus christ, donner ma vie a jesus